Accueil » MINISTERE DE LA POLITIQUE DE LA POPULATION : UNE ARME POUR L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2025

MINISTERE DE LA POLITIQUE DE LA POPULATION : UNE ARME POUR L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2025

Par La Rédaction
0 commentaire 114 vues

Ce serait le cas de le dire à l’évocation des missions qui pourraient être celles de ce nouveau département ministériel en gestation.

L’information qui n’est certes pas encore officialisée par un acte ne souffrirait pourtant de l’ombre du moindre doute. C’est la plus Haute autorité di pays qui l’a d’ailleurs rendue publique. Vu la loi n ° 2017/010 du 12 juillet 2017 portant Statut Général des Etablissements Publics; Vu le décret n°2001/100 du 20 avril 2001 portant création, organisation et fonctionnement de l’Institut National de la Statistique; Vu le décret n°2011/408 du 09 décembre 2011 portant organisation du Gouvernement, modifié et complété par le décret n°2018/190 du 02 mars 2018; Vu le décret n°2019/320 du 19 juin 2019 précisant les modalités d’application de certaines dispositions des lois n°2017/010 et 2017/011 du 12 juillet 2017 portant statut général des établissements publics et des entreprises publiques, en nommant les membres du Conseil d’Administrationde l’Institut National de la Statistique (Ins), a indiqué dans l’article 2 de ce décret que « le nom du nouveau représentant du Ministère chargé de la politique de la population sera communiqué en temps opportun au Président du Conseil d’Administration ». Ce qui confirme qu’incontestablement, ce département ministériel devra voir le jour. On pourra aussi penser au fait qu’il émanera du ministère de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat). 

Le fait qu’en matière de développement harmonieux, les statistiques soient un maillon sur lequel les gouvernements s’appuient, il apparait clairement qu’une collaboration rapprochée devra être établie entre ce nouveau ministère et les organismes tels qu’Elecam. On pourrait aussi penser la création de ce département ministériel pourrait être utilisée comme un outil de propagande, de persuasion des populations à s’intéresser encore davantage à la chose politique au regard des éventuels changements qui en découleraient, surtout en ces temps où il est plus que jamais question de l’implémentation de la politique de décentralisation. Et comme l’élection présidentielle se profile à l’horizon, il ne serait pas exagéré de penser que ce ministère serait l’arme fatale pour le parti au pouvoir de maintenir sa notoriété. Celui qui sera nommé à ce nouveau poste se devra se jouer à la perfection le jeu de « la démocratie avancée. » 

Martin Paul Akono

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles Similaires

Lancer le chat
1
Besoin d'informations ?
Hello
Puis-je vous aider ?